SafeTeam Academy
>
Blog
>
Articles scientifiques
Publié le
2/6/2022

Les biais implicites ou quand le genre, la religion, le poids, l’intelligence ou la couleur de la peau influencent la qualité de la prise en charge.

Les biais implicites ou quand le genre, la religion, le poids, l’intelligence ou la couleur de la peau influencent la qualité de la prise en charge. Si tout impose aux soignants de prendre en charge sans différence les patients, il est naïf de penser que certains caractères ne vont pas influencer les soignants, inconsciemment. Si les explications de ces associations (racisme, sexisme, grossophobie, homophobie, etc) doivent être vivement combattues, les associations implicites sont plus complexes à appréhender.

De nombreuses études mettent en lumière l'existence de “soins différenciés“, Concrètement, il s’agit de différences dans la prise en charge de patients qui présentent un trait de caractère différenciant, sans influence, en théorie, sur le pronostic.

Les biais implicites peuvent jouer un rôle majeur dans la prise de décision entraînant ainsi des différences dans la prise en charge, qu’aucune raison médicale ne justifie.

Le centre de recherche Child Trends, aux États-Unis, a révélé au travers d’une étude un exemple frappant des conséquences causées par les biais implicites en santé : les femmes noires feraient face à des taux de mortalité maternelle plus élevés que les femmes blanches.

Si tout impose aux soignants de prendre en charge sans différence les patients, il est naïf de penser que certains caractères ne vont pas influencer les soignants, inconsciemment.

Pour garantir la sécurité des soins, il est ainsi primordial de comprendre les biais implicites afin de pouvoir les appréhender.

Les biais implicites : définition

Le concept de biais implicites repose sur l'idée que la pensée humaine est en partie fondée sur des associations. Ces associations sont plus ou moins automatiques et inconscientes. Ces associations peuvent être préjudiciables pour les patients lorsqu’elles concernent un trait de caractère tel que la couleur de peau, l’origine ethnique, le poids, la religion, le genre, la sexualité et encore bien d’autres.

Si les explications de ces associations (racisme, sexisme, grossophobie, homophobie, etc) doivent être vivement combattues, les associations implicites sont plus complexes à appréhender.

Les biais implicites fonctionnent à un niveau subconscient et se manifestent dans les attitudes et les comportements d’individus qui se comportent inconsciemment différemment lorsqu’ils interagissent avec des personnes en fonction de leurs préjugés (inconscient).

Ces comportements inconscients peuvent porter sur certaines “catégories” de personnes identifiées ou identifiables, soit parce qu’elles sont visées par des représentations sociales négatives, soit parce qu’elles représentent des expériences marquantes. *

On expliquera volontiers moins précisément un protocole à une personne “déficiente intellectuellement” car elle ne comprend rien de toute façon.

Une personne “grosse” sera moins bien capable de suivre un protocole car elle n’est pas capable de se gérer déjà sur le plan alimentaire.

Une personne de couleur noire sera a priori moins enclin à respecter les règles d’hygiène. Une personne homosexuelle sera plus à risque de vous transmettre une maladie.

Voici des exemples factuels de comportements qui pourraient être retrouvés.

En santé, les biais implicites peuvent avoir des effets néfastes sur la manière dont les patients sont pris en charge par les professionnels de santé, quand bien même ces derniers ont la vocation, dans l’ensemble, de prendre tous les patients en charge sans distinction de moyen.

Ces effets peuvent intervenir à toutes les étapes du processus de soins et dans toutes les dimensions de la prise en charge : examen, diagnostic, choix du traitement, attitude dans le dialogue, conseils et enseignements thérapeutiques, etc.

Les patients ne sont pas les seules victimes des biais implicites. En effet, les professionnels de santé doivent également faire face à ces préjugés inconscients dans leur quotidien. Un médecin étranger est forcément moins bien formé qu’un médecin français… Une femme et un homme entrent dans la chambre d’un patient : elle est infirmière et il est médecin…

Concernant les préjugés sexistes à l’hôpital, 85 % des femmes médecins déclarent s’être senties discriminées du fait de leur genre au cours de leur parcours professionnel et 8 doctoresses sur 10 avouent avoir déjà été victimes de comportement sexistes.*

Appréhender les biais implicites avec la SafeTeam Academy

Bien que les biais implicites interviennent de manière inconsciente, des stratégies existent pour les appréhender :

  • Nous avons tous des biais implicites. Avoir conscience et accepter cette faiblesse est le premier jalon à mettre en place pour les éviter au maximum.

Pour connaître vos biais implicites, réalisez ce super test made in Harvard.

Ce test est très intéressant : il utilise les deux modes de fonctionnement cognitif, le système 1 et le système 2, décrit par Amos Tversky et Daniel Kahneman (prix Nobel d’économie). On n’en dit pas plus…

  • Individualiser les patients plutôt que de les appréhender comme appartenant à un groupe.
  • Accepter le contrôle d’autrui en privilégiant le contrôle croisé, fait par une tierce personne ainsi que la communication sécurisée.
  • Développer la métacognition. Il s’agit de développer sa propre pensée critique en portant régulièrement un regard attentif sur ses pensées : pourquoi je pense cela ? Quelles sont les sources sur lesquelles je peux m’appuyer ? Que penserait une autre personne ? etc.

C’est dans cet esprit que la SafeTeam Academy a décidé d’aborder cette thématique délicate mais fondamentale qui est malheureusement souvent inconnue des professionnels de santé et absente des cursus de formation initiale en Santé.

Des méthodes de débiaising existent (communication sécurisée, contrôle croisé, décision en équipe…) et sont exposées de façon récurrente dans nos parcours de formations.

Nous avons eu à cœur de présenter cette problématique des biais implicites en Santé car les préjugés sexistes existent encore. Afin de lutter contre le sexisme en Santé, la SafeTeam Academy a récemment signé la charte Femmes de Santé.

Femmes de Santé est un collectif ayant pour objectif de valoriser et développer l’humain au cœur du système de santé et de promouvoir l’expertise et les actions initiées par les femmes dans le secteur de la Santé.

Si vous avez trouvé cet article intéressant, perturbant ou que vous souhaitez en savoir plus, écrivez nous à l’adresse suivante : contact@safeteam.academy

* https://www.actusoins.com/314245/les-biais-cognitifs-poison-inconscient-des-prises-en-charge.html
* https://www.madmoizelle.com/le-sexisme-a-lhopital-ne-maltraite-pas-que-les-patientes-85-des-femmes-medecins-se-sont-deja-senties-discriminees-1272851
photo de l'auteur de l'article du blog de la safeteam academy
SafeTeam Academy
Innover en santé par la vidéo-simulation
Revenir au blog
logo safeteam

Nos équipes s’engagent à évaluer vos besoins, et à vous apporter une réponse en moins de 48h